Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Regard sur les luttes sociales et écologistes (WE de rencontres-tables-rondes à Virton)

10 octobre à 8 h 45 min - 11 octobre à 17 h 00 min

150€/142 épis

Après la conférence de Mohammed Taleb « Nature et Culture: Quelles alliances pour réenchanter le monde ? » en septembre dernier, Nature Attitude propose de poursuivre la rencontre lors d’un week-end de conférences et tables-rondes

Les samedi 10 et dimanche 11 octobre 2020 à la ferme Arc-En-Ciel à Virton

Quels apprentissages pouvons-nous faire des luttes écoféministes, d’hier et d’aujourd’hui pour mener les combats environnementaux ?

 

Mohammed Taleb

Philosophe algérien, conférencier et écrivain, Mohammed Taleb est formateur en Éducation relative à l’Environnement et en écopsychologie. Il s’est formé à l’Université du Québec à Montréal. Depuis de nombreuses années, il travaille sur les interactions entre écologie, critique sociale, dialogue des cultures.

Point de départ

Dans son intervention, Mohammed Taleb nous amène à réaliser que depuis le 17ème siècle, l’Occident a mis en place une nouvelle civilisation. Aux côtés d’incontestables avancées, nous avons vu se développer une économie et une technoscience prédatrice, pour laquelle l’environnement n’est qu’un tas de ressources, qu’un stock de matières dans lequel nous pouvons puiser à notre guise. Le lien à la nature a cessé d’être animé par une conception du monde où le symbole, le rêve, la créativité, le mythe et l’intuition ont toute leur place. Avec la « modernité capitaliste », notre rapport à l’environnement est devenu utilitaire, marchand, prosaïque. Seules sont reconnues comme vraies, les approches qui prouvent, expliquent, conceptualisent, quantifient, chosifient. C’est le temps du désenchantement.

Nos actes de militance, de résistance n’échappent pas à ce modèle dominant. Vécue au travers des crises, l’écologie elle-même devient oppressante, source de culpabilité et d’angoisse limitant notre capacité créative. L’écologie tend à devenir anxiogène à force d’annoncer l’apocalypse et la fin du monde. Est-ce pour cette raison que les nombreux combats écologiques menés depuis des dizaines d’années, toujours basés sur un raisonnement uniquement scientifique et pessimiste, n’enrayent pas la fuite en avant de notre société consumériste ?

Un travail de mémoire et une lutte écoféministe

Au cours de ce week-end, nous poserons un regard à la fois historique et critique sur les luttes sociales et écologiques menées depuis le Moyen-Age européen, en mettant l’accent sur la contribution spécifique des femmes. Nous découvrirons les visages de ces combattantes du bien commun afin de nous en inspirer pour mener la lutte d’aujourd’hui.  L’Histoire a tenté de faire oublier les pensées, les savoirs et les actes de ces femmes. Qui se souvient aujourd’hui du massacre de ces 100 000 femmes au moment où le capitalisme se met en place ? Peu nombreux sont ceux qui font le lien avec le drame environnemental contemporain. Pourtant, dans les campagnes, elles étaient les gardiennes de la biodiversité. Le travail de mémoire est donc une tache nécessaire

En effet, depuis une trentaine d’années, les luttes s’organisent et se ressemblent : forums sociaux mondiaux avec une 1ère édition à Porto Alegre en 2001, Alternatiba en 2013 aux Pays-Bas, sans oublier les actions de désobéissance civile… Les sources d’information et de sensibilisation sont de plus en plus nombreuses, le film Demain de Cyril Dion a remporté un vif succès dans les salles et pourtant, force est de constater que les comportements changent peu. Le réchauffement de la planète s’emballe, même les catastrophes auxquelles nous assistons, incendies en Australie, déplacements de population, fonte du permafrost, ne semblent pas nous réveiller.

Ces combats menés dans nos pays occidentaux ont-ils la même résonance dans le reste du monde ? La lutte est-elle une affaire de nantis ? Comment ces luttes s’organisent-elles ailleurs, sur quoi portent-elles et qui sont ses militants ? Comment redynamiser nos engagements pour parvenir à un réel changement ?

Mohammed Taleb nous rappellera que la mémoire a une fonction thérapeutique, en nous aidant à passer les crises, à ne pas culpabiliser ou victimiser. Malgré les défaites, nous sommes les héritiers de plusieurs siècles de résistance et d’alternative, pour peu que la mémoire soit sauve.

Le week-end alternera des exposés théoriques, échanges collectifs, approfondissements en petits groupes de réflexion, autour de l’imaginaire des luttes des « Aventurières de l’Âme du monde ».

Nous questionnerons également le présent. Quelles pistes de réalisation concrète pour contribuer au réenchantement de notre lien au monde ?

Modalités pratiques

Afin de mettre les participants dans des conditions adéquates de réflexion et pour leur permettre de se « renaturer », le week-end avec logement se déroulera dans un lieu empreint de nature. Les participants sont invités à délaisser leur téléphone, smartphone et montre en faisant confiance leur ventre et à la lumière pour nous guider dans le timing.

Du samedi 10 octobre à 8h45 (accueil – début de la journée à 9h30) au dimanche 11 octobre à 17h.

Le samedi, en soirée, une activité libre sera proposée.

Sur demande, possibilité d’arriver le vendredi à 18h30.

 

Logement en chambre de 3-4-5 personnes.

La literie inclus un drap housse, un oreiller, une taie d’oreiller et une couverture par personne. Pour le reste, chaque participant doit prévoir son matériel de couchage.

Comment venir ?

  • Accès en train :

En venant de Bruxelles-Namur : Arrêt à la gare de Virton (changement de train à Libramont). La gare est à 4 km de la ferme. Nous vous véhiculerons jusque-là.

  • Accès en voiture :

Par l’autoroute E411-E25, Sortie 29 Habay-Etalle. 20km/20’ de la sortie d’autoroute jusqu’à la ferme.

      • Prendre la N87 direction Etalle
      • Au 1er rond-point, prendre la 2è sortie, poursuivre sur la N87 direction Virton
      • Au 2è rond-point, prendre a 2è sortie et poursuivre sur la N87 direction Virton
      • Au carrefour du lieu-dit de Croix-Rouge (La Sapinière), prendre à gauche sur la N879 direction Ethe
      • A Ethe, tourner à gauche sur 50m puis à droite vers la N885 direction Latour.
      • Après environ 3 km, vous arrivez à Latour, prendre à droite sur la N88 pendant 100m. La ferme Arc-En-Ciel se trouve sur votre gauche.

 

Détails

Début :
10 octobre à 8 h 45 min
Fin :
11 octobre à 17 h 00 min
Prix :
150€/142 épis
Catégories d’Évènement:
, ,

Organisateur

Nature Attitude asbl
Téléphone :
063 42 47 27
E-mail :
info@natureattitude.be
Site Web :
www.natureattitude.be

Lieu

Ferme Arc-En-Ciel à Virton
Rue Baillet Latour 2a
Latour, luxembourg 6761 Belgique
+ Google Map
Site Web :
https://www.arc-en-ciel.be/nos-gites/la-ferme/